Rate this post

Je suis sexothérapeute et coach en sexualité et j’accompagne de nombreuses personnes à s’épanouir et vivre pleinement. Lors de mes consultations, on me pose toute sorte de questions sur la sexualité en général. Dans cet article, je vais vous parler d’une question qui revient particulièrement souvent. Voici la question « Je me masturbe plusieurs fois par jour ou par semaine, est-ce que c’est grave ? ». Parfois la personne qui est en couple, culpabilise de prendre du plaisir seul, se cache pour se masturber de peur que cela puisse choquer son partenaire. J’aborde donc ce thème en espérant que cela pourra vous aider.

La masturbation, c’est quoi ?

La masturbation est un acte sexuel en solo qui permet de vivre sa sexualité. Contrairement à ce qui a été inculqué autrefois par rapport à la religion, au fait de se faire plaisir, etc., se masturber n’est pas malsain ; au contraire, c’est quelque chose qui fait du bien.

Beaucoup de personnes, et plus particulièrement celles un peu plus âgées, qui sont dans la cinquantaine, renient la masturbation et la considèrent comme un péché. Par contre, pour la génération actuelle, c’est-à-dire les personnes qui ont trente ans et moins, ce sujet est moins tabou.

Les bienfaits de la masturbation

Tout d’abord, la masturbation fait partie de la sexualité et offre à chacun la possibilité de ressentir le plaisir sexuel et d’avoir un orgasme, tout en n’ayant pas de partenaire.

Aussi, la masturbation joue un rôle très important dans la vie des adolescents et des jeunes adultes. Il leur permet de découvrir leur corps, une étape très importante dans leur évolution. En effet, pour découvrir ce qu’est le plaisir, et apprendre à se connaître soi-même, il est important de découvrir son corps et de vivre sa sexualité seul également.

Les limites de la masturbation

Comme je l’ai mentionné plus haut, on me demande souvent s’il y avait une fréquence de masturbation. La réponse est non, vous le faites quand vous en avez besoin ou envie.

Toutefois, la masturbation devient problématique quand elle devient addictive, c’est-à-dire, lorsque vous le faites systématiquement tous les jours, voire plusieurs fois par jour. Elle devient dans ce cas-là comme une sorte de drogue : plus on le fait, plus on en a besoin. Il faut donc éviter que la masturbation devienne excessive car vous deviendrez comme les personnes dépendantes des films pornographiques, qui ne voient leur sexualité qu’à travers des films pornos, et finissent par ne plus sortir de chez eux. Il s’agit là d’un cas extrême et si vous pensez que cela vous arrive, je vous incite à en parler.

Aussi, quand on ne vit sa sexualité qu’en se masturbant systématiquement, notre cerveau, qui enregistre les informations, note que c’est donc ainsi que nous prenons plaisir. Par conséquent, lorsqu’on a un rapport sexuel avec une femme, qu’on pénètre réellement son vagin, on va ressentir moins de plaisir.

Et la masturbation féminine dans tout ça ?

Puisqu’on évoque la masturbation, je vais vous parler de la masturbation féminine, qui est encore considérée comme un sujet tabou, délicat, par la société actuelle. Pourtant, je suis certaine que même si on n’en parle pas, beaucoup de femmes le font. D’ailleurs, aujourd’hui, 70 % des femmes se mettent à se masturber et à se faire plaisir.

Ce qu’il faut retenir, c’est que comme chez les hommes, la masturbation féminine permet également de découvrir son corps, de s’érotiser, de ressentir du plaisir et d’avoir un orgasme plus facilement.

Un dernier conseil : quand vous avez un rapport sexuel à deux, évitez de juste faire du va-et-vient pour arriver à la jouissance, comme je le dis souvent, attention à ne pas se masturber dans le vagin. L’acte sexuel, c’est tout ce qu’il y a autour, c’est le plaisir de ressentir son corps, c’est le plaisir de donner du plaisir à son partenaire !

Voilà ce que j’avais en vie de partager avec vous aujourd’hui, à très vite pour d’autres conseils.

Jessy de Secret Therapy